Les Minarets en questions...

Publié le par Eva

L’idée de laisser construire des minarets en Occident fait couler beaucoup d’encre ces temps-ci. C’est un de ces sujets que les idéologies judaïques agitent sans cesse comme pour sonner un signal d’alarme. Les sociétés de tradition judéo-chrétienne se livrent à une guerre invisible, celle de la préservation de leur identité religieuse. A coup de sondages, la presse occidentale nous livre les opinions des citoyens de ces pays. Pour qui donc sonne le glas ? Toujours pour « l’affreux musulman ».

Si on analyse la situation de la pratique de la religion judéo-chrétienne, on sait pourtant que le nombre de croyants a fortement diminué depuis le siècle dernier. La cause de cette compression n’est statistiquement pas liée au nombre de conversions de chrétiens en musulmans. Pour ce qui est de la religion catholique, l’’église fait fasse à une crise de vocation ou de simple capacité à séduire ses adeptes. La fréquence ou l’assiduité dans les lieux de culte se raréfie. La chrétienté est devenue est devenue une denrée rare et le clergé le sait puisqu’il déploie ses administrateurs à travers le monde pour recueillir de nouvelles adhésions. Devenir chrétien ou raviver sa religiosité est le leitmotiv par lequel tout occidental doit définir sa foi. Pourtant il est bien clair que les fervents croyants chrétiens ne se retrouvent plus que dans les pays du sud. Les pays d’Afrique subsaharienne et le Brésil sont les communautés qui rendent tout son sens à la chrétienté aujourd’hui. Les églises catholiques et les temples protestants y pullulent. La concurrence entre catholicisme et  protestantisme de tous courants y est rude. Le vrai défi de la chrétienté se retrouve dans ce duel fraternel mais non moins acharné. Pourtant, il ne vient à aucun pays occidental de vouloir trancher la question du choix entre catholique et protestant. L’occident préfère agiter le spectre de l’islamisation du monde. Les guerres de religions n’ayant plus bonne presse, ce sont les sondages qui se chargent du boulot.

Qui est pour l’interdiction de la construction des minarets dans les mégapoles occidentales ? Voilà la question  insidieuse posée à des personnes qui ne vont plus ni à l’église, ni au temple. Les églises sont désertes en Europe malgré la puissance économique du Vatican. La guerre froide s’est « achevée » avec la chute du mur de Berlin en 1989, l’Irlande protestante et l’Irlande catholique ont cessé de s’entretuer, mais une guerre d’un nouveau genre a pris le relais. Elle est subtile et sournoise mais pourtant efficace et destructrice. Où sont les principes de l’égalité et de la liberté ? Egalité des peuples et liberté de religions… Cette guerre de nouvelle génération se veut légitime car pas d’obus pour la matérialiser  mais rien que des mots : Oui ou non. Ce qu’il y’a d’inacceptable dans ce type de procédé c’est qu’il utilise les opinions des populations interrogées. Mais alors, où est passé le fondement de l’humanité qui prône l’Universalisme ? Pourquoi les musulmans n’ont-ils pas le droit d’ériger des lieux de cultes dans les pays occidentaux alors-même que les chrétiens occidentaux construisent temples et églises en dehors de leurs frontières ? A coup d’enquêtes d’opinions, on nous aliène le droit de tolérer la liberté d’opinion et de culte. Islam contre christianisme, c’est la nouvelle guerre silencieuse. Le monde semble ne pouvoir vivre de paix… L’intolérance ou la xénophobie sont les ingrédients de cette nouvelle lutte stratégique. Les idéologies ne savent pas s’accommoder de la différence, mais voudraient pour chacune d’entre elles attirer le maximum de croyants. Ainsi vient l’heure de l’uniformisation : derrière le slogan « tous pareils », se cache le danger de l’intolérance et de la domination du monde par un courant de pensée.

L’ère de la communication nous enseigne pourtant que le monde est devenu un village, les migrations entre pays continuent de s’accentuer malgré les nouvelles mesures instaurées par les ensembles régionaux, car l’essence même de l’homme le pousse à découvrir sans cesse de nouvelles terres, de nouveaux horizons. Utopie que de vouloir vivre dans un monde autarcique, un monde dans lequel tous les individus se ressemblent. L’Homme se caractérise par deux traditions intrinsèques, ce sont le voyage et la découverte. Le village planétaire est un espace qui appartient à tous sans distinctions même si tous et chacun se déplacent en fonction de leurs moyens ou de leur résistance.

Pourquoi ne pas réinventer nos différences, l’avenir de la terre qui est la maison de l’Humanité en dépend.

Les Imams, Prêtres , Rabbins et Pasteurs, feraient bien d’y réfléchir sérieusement avant que de silencieuse, cette guerre stérile ne détruise totalement notre Terre universelle. L’intégrisme n’est jamais capable de rassembler. L’identité d’un individu est une notion qui ne se limite pas à la pratique d’un culte. Les identités nationales sont également disparates car aucun état ne peut se targuer de fermer sa culture à un autre ni même d’être imperméable.  Les composantes d’une même nation aspirent par dessus-tout aux libertés individuelles et à une vie apaisée.


Eva Hendrickx-copyright 2009

 

Publié dans BILLETS D'HUMEUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article